Sénégal: Le CONIPAS s’inquiète de la gestion de la pêche et recommande la suspension de l’examen des demandes de licences

La rédaction

Les membres du Conseil national interprofessionnel de pêche artisanale du Sénégal (CONIPAS), remercient le directeur des pêches maritimes (DPM) pour l’invitation qui leur a faite de prendre part à la ‘’réunion à distance’’ de la Commission consultative d’attribution des licences (CCALP) pour statuer sur la délivrance de nouvelles licences de pêche à des navires notamment étrangers. Et ils recommandent la suspension de l’examen des demandes de licences de pêche, d’autant plus qu’ils disent n’avoir aucune information sur les équipages des navires présentés, alors que dans ce domaine, la préférence nationale est exigée : nous avons par ailleurs d’excellents marins.

‘’Nous remercions le DPM de cette convocation que nous avons reçue tardivement et exploitée. Il nous a fallu profiter du week end pour contacter les membres du Bureau exécutif et quelques responsables du Conseil d’administration pour recueillir leurs observations sur cette importante question à l’ordre du jour’’, ont-ils expliqué dans un document transmis à la rédaction du journal de l’économie sénégalaise (Lejecos).
 
Selon le CONIPAS, qui avait manifesté sa solidarité au ministère des Pêches et de l’Economie maritime (MPEM), souligne que le Sénégal traverse une période difficile avec cette pandémie du COVID-19, mais estime que le secteur des pêches est en proie également à ‘’énormément de difficultés’’, qui nécessitent davantage de concertations afin d’’’avancer prudemment’’.
 
‘’La consultation à distance ne peut pas remplacer les débats contradictoires ou les interactions d’idées des membres de la CCALP qui ont toujours abouti à des avis consensuels à soumettre à l’Autorité’’, a signalé le CONIPAS dans son communiqué, citant ainsi les propres propos du DPM, Dr Mamadou Goudiaby.
 
Le CONIPAS a toujours participé aux travaux de ce Conseil et donné son avis sur la délivrance des licences de pêche, surtout dans le cas de bateaux sénégalais, si les conditions nécessaires sont réunies. ‘’Dans le cas d’espèce, nous souhaiterions faire quelques observations avant de donner une position’’, poursuit l’organisation interprofessionnelle de la pêche artisanale qui regroupe plus structures en son sein.
 
‘’En revisitant les compte rendus des dernières réunions de 2019 sur le sujet et en nous souvenant des motifs de rejets principaux qui avaient valu des prises de position catégorique de l’ancien ministre des pêches, Aminata Mbengue Ndiaye, nous nous étonnons de revoir surgir les mêmes problèmes que nous avions débattus, en plus de nouveaux cas assez alarmants’’, se désolent les signataires de ce document.
 
Ils soutiennent que le nombre de demandes est trop important pour une session, avec 56 bateaux pour lesquels il n’y a pas de débats contradictoires et de clarifications qui pourraient aider les parties prenantes à prendre les bonnes décisions.
 
‘’La quasi-totalité des bateaux demandeurs sont en voie de sénégalisation : +Balaa ngani naame néfa+ (Il faut être là pour répondre présent, en wolof), on ne peut pas examiner les dossiers de bateaux chinois et turcs sous la bannière sénégalaise : ceci a déjà été un fort motif de rejet lors des sessions précédentes’’, tiennent à rappeler les membres du CONIPAS qui sont d’avis qu’il faut attendre que les procédures d’octroi de la nationalité soient respectées avec quitus de l’Agence nationale des affaires maritimes (ANAM), accompagnant les demandes.
 
‘’Revisiter les articles 9 et surtout 15 de la loi permet de comprendre qu’ils stipulent que +toute demande est accompagnée des informations telles que la nationalité et le numéro d’immatriculation+. En plus comment une société ayant un capital social de 100 000 francs peut-elle détenir un bateau pouvant couter 1 milliard ?’’, se sont-ils interrogés.
 
‘’Nous avons reçu, avec la convocation, un important document portant rapport annuel sur la situation générale du programme des licences. Nous n’avons aucune information valable sur le nombre total de licences délivrées dans le secteur, et l’article 13 du décret d’application du Code de la pêche précise que +le Conseil examine, une fois dans l’année, ce rapport’’, précise le CONIPAS.
 
Cet examen se fait en considération des plans d’aménagement des pêcheries en vigueur et du rapport du Centre régional océanographique Dakar-Thiaroye (CRODT) sur la situation des principaux stocks de poisson, souligne le CONIPAS qui estime que cette exigence est importante et doit intervenir en début d’année, avant toute mesure d’octroi de nouvelle licence.
 
‘’S’est-on interrogé sur l’existence de possibilités de pêche, surtout pour les stocks de merlu et de sardinelle qui sont les plus concernés par les demandes actuelles de licences ?’’, se demande-t-il, renseignant que lors des dernières négociations avec l’Union européenne (UE), on a parlé de pêche expérimentale sur le merlu.
 
‘’Que donne l’évaluation alors qu’on nous demande d’ajouter 36 chalutiers de fonds ?’’, ont encore demandé les membres du CONIPAS qui soutiennent que la sardinelle ronde est introuvable sur les plages de débarquement en cette période de saison froide : les pêcheurs artisans ont toujours demandé ‘’égoïstement’’ et pour soulager cette ressource, que la pêche de cette espèce soit réservée à la pêche artisanale. Les chinois et les russes l’utilisent pour en produire de la farine pour leur élevage, alors que cette espèce nourrit et fait vivre des millions de sénégalais.
 
‘’Après notre arachide, on veut nous prendre notre sardinelle, filet de sécurité alimentaire. L’effort de pêche sur cette espèce est déjà démesuré dans notre sous-région, et nos autorités sont obligées d’aller quémander des licences pour nos sennes tournantes en Mauritanie, etc…Nous rappelons que feu Arona Diagne, alors président du Conseil national de la pêche au Sénégal (CNPS), avait versé de chaudes larmes devant les écrans de télévision dans les années 90, quand les sardinelles risquaient d’être bradées à des étrangers : évitons de faire pleurer toute la communauté de pêche du Sénégal’’, avertissent les organisations membres du CONIPAS.
 
Lié au problème de la sardinelle, le CONIPAS s’était réjoui de l’initiative du MPEM de réunir, en fin 2019, l’ensemble des acteurs de la filière pêche pour débattre de l’épineux problème de l’installation des usines de farine de poisson, qui provoquent d’énormes dégâts au Sénégal.
 
Les décisions de l’Autorité et le contenu du rapport final sont toujours attendus par les acteurs et autres parties prenantes qui estiment que ce problème est d’une plus grande urgence que la délivrance de nouvelles licences.
 
‘’Devant tous ces questionnements, nous prônons l’union et la solidarité entre tous les acteurs concernés par la survie de notre secteur pêche. Il est plus que nécessaire et d’une haute urgence que nous revoyons ces préalables, entre autres, soulignés par nos collègues du GAIPES (Groupe des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal), de l’APRAPAM (Association pour la professionnalisation et la responsabilisation des acteurs maritimes) et par tous ceux qui sont proches du terrain, avant de réunir les membres de la CCALP’’, conclut le CONIPAS.
 
Serigne Makhtar Fall 
 


Commentaires (1)
1. maitre gosso le 23/04/2020 12:29


Grand spécialiste du retour affectif de l'être aimé

Mes services
Grand maître des sorciers vaudou voyant medium et guérisseur africain est spécialiste des problèmes affectif 36 ans d'expérience aux dons de père en fils depuis plusieurs génération .
Le grand maître des sorciers vaudou intervient dans les domaines suivants :
Retour d'affection
crise conjugal
problème familiale
desenvoutement
protection contre tout mauvais sort ou dangers
union rapide
attirance des femme ou des hommes
attirance de clientèle pour les vendeurs et les entreprises
Devenir riche en quelque jour
fidélité absolue entre époux
impuissance sexuelle
chance aux jeux
problème de voisinage
amour perdu
angoisse
abandon de tabac et d'alcool
. Rituels pour tomber enceinte rapidement

CONTACT MAITRE Dahvodoun Gosso

Téléphone personnel/whatsap: +229 60 00 53 91

E-mail personnel: maitre.gosso@hotmail.com

Site https://www.mediumvoyantmagic.com/

Nouveau commentaire :


E-mail: lejecos@lejecos.com